RÉSERVE NATURELLE MARINE DE CERBÈRE BANYULS : Le Saviez vous ?

RÉSERVE NATURELLE MARINE DE CERBÈRE BANYULS

Le Saviez vous ?

Infos 2017

Laboratoire vivant, la Réserve naturelle marine créée en 1974 a pour but de protéger la faune, la flore et les habitats sous-marins. Elle vise également à faire respecter la réglementation en vigueur et à adapter les mesures de gestion pour que l’ensemble des activités soient en adéquation avec la conservation des espèces. Ainsi la pêche, professionnelle et récréative, et la plaisance sont autorisées mais réglementées.

La superficie totale est de 650 ha dont 65 ha de protection renforcée. Elle s’étend de l’île Grosse à Banyuls au cap Peyrefite à Cerbère, ce qui représente 7,2 Km de linéaire côtier sur 2,4 km de largeur maximum.

La gestion de la réserve s’articule autour de 5 grandes missions que sont la surveillance du site, les suivis scientifiques, la gestion des activités humaines, la pédagogie et l’accueil du public.

La surveillance du site :

La surveillance est assurée par 4 agents de la réserve et ponctuellement par la Brigade Nautique, l’ONCFS, les Affaires Maritimes, la Gendarmerie Nationale, la Police Municipale Banyuls Cerbère, le Sémaphore de Béar et les douanes.

1080 h de surveillance représentant 250 jours de présence ont été effectuées. Une Permanence téléphonique 7/7 jours est également assurée. Les patrouilles sont à la fois nautiques et terrestres. En 2017, 3 PV avec saisie du matériel et 21 PV simplifiés ont été transmis au TGI de Perpignan ; 182 avertissements ont été réalisés auprès des usagers.

Les suivis scientifiques réalisés en 2016 :

  • Suivis annuels : données météorologiques, observation de la faune : grands dauphins, dauphins bleus et blancs, tortue caouanne, thons, mérous et corbs.

  • Recrutement des juvéniles via l’étude de leurs nurseries côtières.

  • Déplacement des poissons adultes via l’utilisation de la télémétrie acoustique, programme de marquage et d’échange avec le Parc de Creus.

  • Suivi de conservation du coralligène.

  • Suivi de la grande nacre.

  • Comptage des différentes espèces de poissons.

  • Suivi des activités.

La pêche Professionnelle dans la Réserve :

Cette activité est réglementée par un arrêté du Préfet de Région. 15 autorisations peuvent être délivrées chaque année sur avis d’une commission. Les pêcheurs ont l’obligation de respecter la réglementation en vigueur sur la Réserve , de tenir un registre des captures et d’utiliser les pavillons « partenaire de la réserve marine » (distribués par le gestionnaire). Le gestionnaire peut d’une manière ponctuelle embarquer et recueillir les données directement auprès des professionnels.

Il convient d’encadrer l’activité en prenant en compte les spécificités tout en garantissant un bon état de conservation des ressources halieutiques. 6 autorisations ont été délivrées en 2017 (12 en 2016).

Réalisation d’un suivi de la pêche professionnelle :

Ce suivi s’est réalisé par la mise en place de pêches expérimentales et a pour but d’étudier les biomasses prélevées, de mettre en évidence un éventuel effet de la réserve et de définir des espèces à protéger.

12 pêches expérimentales ont été réalisées. Elles ont permis de développer les échanges avec les pêcheurs et de mieux connaître la pratique et les spécificités de cette activité. Les filets de type « Trémail » ont été calibrés (type de maille, longueur 750 m temps de calée 24 h, etc.).

L’étude porte sur le comparatif de la biomasse entre les zones. 2 sont situées hors Réserve au Cap Béar et au Cap Cerbère et 2 sont situées tant en zone Nord, que Sud de la Réserve.

Les résultats ont mis en évidence que la zone Hors Réserve Sud (Cap Cerbère) présente une constitution semblable à celle des zones localisées à l’intérieur de la Réserve. 36 espèces différentes ont été prélevées, 25 en zone Hors Réserve Sud, 24 espèces en zone Hors réserve Nord. Les espèces les plus pêchées à partir des filets utilisés, toutes zones confondues, sont la lotte (pic important en avril), le Merlu (pic important octobre), la Langouste (toute l’année dans les zones de la Réserve) puis la famille des Sparidés (également présents régulièrement sur l’année).

En conclusion, l’effet de la Réserve sur les peuplements de poissons permet d’améliorer la reproduction des espèces pêchées et de favoriser la conservation de la ressource.

La pêche de loisir dans la Réserve :

Cette activité est également réglementée par un arrêté préfectoral ; elle est soumise à une demande d’autorisation annuelle (renouvelable sous réserve de la remise du carnet des prises de la saison précédente) formulée dans le délai légal et au respect de la réglementation.

En 2016, quelques modifications ont été apportées à la réglementation : un quota maximal de 10 poissons toutes espèces confondues (hors serrans et oblades) par jour et par bateau ou par jour et par bateau, la taille des chapons passe de 25 à 35 cm, la capture du denti est limitée à 2 individus, le loup à 2, et le saurel et le maquereau à 10 /Jour. Pour finir, il est toujours obligatoire de remettre un carnet de capture en fin de saison.

En 2016, 839 autorisations ont été délivrées, 49 % représente la pêche du bord et 51 % de la pêche embarquée. 678 des pêcheurs sont originaires des P O, et 161 hors du département.

Les premiers résultats des rendus de données (données issues des carnets de 2015) indiquent plus d’une tonne de biomasse prélevée dont 72 % issue de la famille des Sparidés.

La famille des Sparidés correspond à la famille la plus prélevée et la plus diversifiée, 14 espèces différentes, le Denti représente ¼ de cette famille soit 189 Kg pour 61 individus.

En comparaison, lors de l’étude réalisée par la réserve en 2009 seulement 3 Dentis avaient été pêchés sur une zone plus étendue (cap Béar/ cap Cerbère).

La quantité de biomasse prélevée du bord correspond à 20 % de la quantité de biomasse totale prélevée alors que le nombre d’autorisations est presque identique pour les deux types de pêche.

Les données de 2016 sont actuellement en cours de traitement. Pour avoir une idée plus juste des prélèvements qui s’effectuent sur la réserve, il est important de noter tous les poissons remis à l’eau et l’ensemble des sorties effectuées même celles sans captures.

Une réunion bilan a été organisée en décembre 2016 afin de proposer une restitution de ces résultats mais également de présenter l’ensemble des suivis scientifiques réalisés sur le périmètre de la réserve. Le compte rendu est disponible et cette opération sera réitérée en 2017.

La plongée sous-marine :

En 2016, 23.312 plongeurs ont fréquentés la réserve d’avril à octobre. 17 structures professionnelles et 10 structures associatives ont signées la charte.

En 2016, l’arrêté de la zone de mouillage a été réactualisé afin de clarifier son utilisation.

Pour rappel, les bouées rouges sont prioritaires aux structures de plongée professionnelles et associatives (au nombre de 12) et les bouées blanches aux plaisanciers (au nombre de 13).

Afin de répondre à la fois à une nécessité réglementaire mais également à un besoin d’aménager l’activité de plongée sous marine sur le long terme, une réflexion a été engagée avec l’ensemble des structures professionnelles et associatives afin de mettre en place un arrêté préfectoral pour cette activité.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pescadorsaintcyprien.com/reserve-naturelle-marine-de-cerbere-banyuls-le-saviez-vous/